Parlons COVID

PARLONS DE LA COVID-19

L’Université Laurentienne et Science Nord invitent la communauté à participer à cette série de séminaires ponctuels et informatifs. Chaque semaine, ils animeront des discussions en direct pendant lesquelles les chercheurs locaux répondront aux questions relatives à la COVID-19 et aux travaux qu’ils font par rapport à la pandémie. Chaque discussion portera sur un domaine précis qui approfondira les points clés de la COVID-19 et leur incidence, entre autres, sur les personnes et la planète. 

Les discussions seront diffusées en direct sur les pages Facebook de Science Nord et de l’Université Laurentienne tous les mercredis, à compter du 20 mai, de 10 h à 11 h.  

Il n’est pas nécessaire de s’inscrire à l’avance à ces séminaires gratuits.


20 MAI (PRÉSENTÉ EN ANGLAIS)

Le rôle et le bien-être des animaux à l’époque de la COVID-19

La COVID-19 est une zoonose, c’est-à-dire une maladie causée par un virus d’origine animale transmis à un humain. Les zoonoses virales ont provoqué de nombreuses épidémies récentes, notamment de VIH, d’Ebola et de la grippe. Cette propagation peut avoir lieu dans un environnement dans lequel des humains et des animaux sont en contact étroit, y compris sur les marchés agricoles et de viande animale. Selon la génétique du coronavirus, il semble qu’il provienne d’une espèce de chauve-souris qui se trouve en Chine. On ne sait pas encore clairement comment il s’est transmis aux humains et a évolué afin de se propager chez ceux-ci.

MEMBRES DU PANEL

ALBRECHT SCHULTE-HOSTEDDE

Chaire de recherche du Canada en écologie évolutionniste appliquée, Université Laurentienne

albrecht schulte-hostedde

Écologiste du comportement et de l'évolution, M. Albrecht Schulte-Hostedde s'intéresse à la jonction du comportement, de l'évolution, de la génétique écologique, du cycle biologique et de la physiologie. Avec ses étudiants, il combine des recherches intensives sur le terrain auprès de populations marquées avec des marqueurs moléculaires et d'autres techniques de laboratoire afin d'examiner les questions touchant : 1) les retombées des variations phénotypiques et génotypiques sur la forme physique et 2) les facteurs influant sur les modèles de flux génétique selon les populations. Son groupe collabore largement avec le ministère des Richesses naturelles de l'Ontario et le Zoo de Toronto. Même si, d'un point de vue taxonomique, il se concentre sur les mammifères, son groupe a étudié tout un éventail de taxons y compris les poissons, les amphibiens, les squamates, les tortues, les oiseaux et les insectes. Comme titulaire de la Chaire de recherche du Canada en écologie évolutionniste appliquée, il étudie aussi des domaines touchant la conservation, y compris l'effet des populations domestiquées sur les espèces sauvages étroitement liées, les conséquences de l'urbanisation sur la sélection dans les populations naturelles et l'écologie évolutionniste des populations de zoo en captivité.

ROD JOUPPI

Directeur de l’Animalerie, Université Laurentienne

rod jouppi

De 1979 à 2015, M. Rod Jouppi était propriétaire du cabinet de médecine vétérinaire, Walden Animal Hospital. Depuis 2008, il est vétérinaire et directeur des installations de recherche sur les animaux à l’Université Laurentienne, à Sudbury, en Ontario. Depuis 20 ans, il est président de Wild at Heart, organisme caritatif canadien qu’il a créé pour le rétablissement des animaux sauvages. M. Jouppi participe aux activités de nombreux conseils et comités sur le bien-être des animaux (y compris la WSAVA, l’AAHA et la Human Animal Bond Association, qu’il préside). Il donne des conférences sur le bien-être animal sur la scène mondiale et siège au conseil de la Society of Veterinary Medical Ethics.


27 mai (PRÉSENTÉ EN ANGLAIS)

COVID-19 : Répercussions sur le logement, les sans-abris et les groupes vulnérables

Cette discussion d’experts apportera des perspectives diverses sur l’incidence actuelle et future de la crise de santé publique de la COVID-19 sur les personnes sans abri dans le nord-est de l’Ontario. Des membres de l’équipe interdisciplinaire du Centre de recherche en justice et politique sociales, à savoir Mmes Carol Kauppi et Phyllis Montgomery, et MM. Kevin Fitzmaurice et Michael Hankard, discuteront de leur perspective des répercussions dissimulées de la pandémie sur les communautés et les populations à risque du Nord. La discussion abordera : (1) les risques immédiats posés aux sans-abris vivant diverses situations à mesure que la crise progresse; (2) la vulnérabilité des sans-abris à cause de défis médicaux préexistants ou de maladies concomitantes; (3) les défis que doivent relever les personnes vulnérables en matière de logement, surtout les autochtones dans les centres urbains; (4) la possibilité de stigmatisation et de discrimination accrues à l’endroit des personnes métisses, inuites et des Premières Nations qui sont sans abri en Ontario et au Canada.

MEMBRES DU PANEL

MME CAROL KAUPPI

Directrice du Centre de recherche en justice et politique sociales

MME CAROL KAUPPI, Ph.D

Directrice du Centre de recherche en justice et politique sociales, Mme Carol Kauppi, Ph.D., est professeure à l’École de service social de l’Université Laurentienne. En 2017, le Conseil de recherches en sciences humaines lui a remis un Prix Partenariat (Prix Impact) pour souligner ses réalisations exceptionnelles à effectuer la recherche en adoptant une approche de partenariat. Elle est aussi lauréate du Prix d’excellence en recherche de 2011 de l’Université Laurentienne.


M. MICHAEL HANKARD (ABENAKI)

Professeur agrégé d’études autochtones à l’Université de Sudbury

M. MICHAEL HANKARD (ABENAKI), Ph.D

Professeur agrégé d’études autochtones à l’Université de Sudbury, M. Michael Hankard (Abenaki), Ph.D., habite depuis dix-sept ans dans la Première Nation de Serpent River dans le nord de l’Ontario. Premier diplômé autochtone du doctorat en sciences humaines de l’Université Laurentienne, il a fondé le programme d’études environnementales autochtones à l’Université de Sudbury.


M. KEVIN FITZMAURICE

Directeur associé au Centre de recherche en justice et politique sociales; Professeur agrégé d’études autochtones à l’Université Laurentienne; Codirecteur régional du Réseau de savoirs sur les autochtones vivant en milieu urbain (UAKN) et du Centre national de collaboration en éducation autochtone (NCCIE)

M. KEVIN FITZMAURICE, Ph.D

Directeur associé au Centre de recherche en justice et politique sociales et professeur agrégé d’études autochtones à l’Université Laurentienne, M. Kevin Fitzmaurice, Ph.D., est le codirecteur régional du Réseau de savoirs sur les autochtones vivant en milieu urbain (UAKN) et du Centre national de collaboration en éducation autochtone (NCCIE). Il participe actuellement à de nombreux projets de recherche communautaire en matière de gouvernance autochtone urbaine sur la scène nationale et du sans-abrisme en Ontario.


MME PHYLLIS MONTGOMERY

Chercheuse et professeure à l’École des sciences infirmièrede à l’Université Laurentienne

* AUCUNE IMAGE DISPONIBLE *

Chercheuse et professeure à l’École des sciences infirmièrede à l’Université Laurentienne, Mme Phyllis Montgomery, Ph.D., s’intéresse, dans ses recherches, au bien-être des personnes qui vivent dans des conditions difficiles sur les plans social et de la santé.


3 juin

Les enjeux sociétaux de la pandémie : réflexions autour de la COVID-19

Ce séminaire abordera divers sujets liés à l’incidence de la COVID-19 sur le monde autour de nous. Dans un premier temps, nous visons à comprendre les parallèles historiques entre la grippe espagnole à la fin de la Première Guerre mondiale et la COVID-19. Dans un deuxième temps, nous aborderons les répercussions de la COVID-19 sur le rôle des gouvernements dans la qualité de vie au travail, notamment en assurant de bonnes conditions de travail suite à la pandémie, les droits linguistiques, les enjeux environnementaux et le développement durable, et les relations internationales.

MEMBRES DU PANEL

LOUIS DURAND

Professeur dans la Faculté de gestion de l’Université Laurentienne

* AUCUNE IMAGE DISPONIBLE *

Louis Durand est professeur dans la Faculté de gestion de l’Université Laurentienne. Il enseigne la gestion des ressources humaines et les relations de travail depuis plus de 25 ans dans le cadre du baccalauréat en administration des affaires. Ses travaux de recherche mettent l’accent sur l’amélioration (ou la dégradation) des conditions de travail dans les milieux syndiqués ou non-syndiqués.


AURÉLIE LACASSAGNE

Professeure agrégée au Département de science politique de l’Université Laurentienne

Aurélie Lacassagne

Aurélie Lacassagne a obtenu son doctorat en science politique à Science Po Bordeaux (France). Elle est professeure agrégée au Département de science politique de l’Université Laurentienne où elle enseigne entre autres les relations internationales. Ses recherches portent principalement sur les théories des relations internationales, les études culturelles et les dynamiques identitaires. On peut l’entendre et la voir régulièrement sur les chaines publiques d’information.


PIERRE CAMERON

Professeur au Département d’histoire de l’Université Laurentienne

Pierre Cameron

Pierre Cameron, professeur au Département d’histoire de l’Université Laurentienne, donne des cours sur les diverses périodes de l’histoire européenne (Antiquité, Moyen Âge et temps modernes). Il s’intéresse de près à l’histoire de la sorcellerie, de l’alimentation, de la médecine et des grandes épidémies qui ont marqué le cours de notre histoire.


CHRISTIAN BOUCHARD

Professeur titulaire à l’École de l’environnement de l’Université Laurentienne

Christian Bouchard

Christian Bouchard, professeur titulaire à l’École de l’environnement de l’Université Laurentienne (Sudbury, Canada), est titulaire d’un doctorat en géographie de l’Université Laval (2001). Ses travaux portent essentiellement sur la géopolitique de l’océan Indien et le sud-ouest de l’océan Indien, avec un intérêt particulier pour la géopolitique maritime et les petits états et territoires insulaires de la région. Il est actuellement rédacteur associé du Journal of the Indian Ocean Region (Routledge, Taylor & Francis Group) et membre des comités de rédaction des Cahiers de géographie du Québec (Université Laval, Québec) et de VertigO – La revue électronique en sciences de l’environnement (Université du Québec à Montréal). Il est également un membre fondateur de l’Indian Ocean Research Group (IORG Inc.). Il a notamment enseigné à l’Université de La Réunion, au Collège militaire royal du Canada et à l’Université d’Ottawa et été professeur invité à la Penjab University. À l’Université Laurentienne, il donne des cours sur le développement durable, les enjeux liés à l’énergie, la relation société-océan, la géopolitique des ressources naturelles ainsi que les petits états et territoires insulaires.


10 juin (PRÉSENTÉ EN ANGLAIS)

L’incidence de la COVID-19 sur les peuples des Première Nations

Ce groupe de discussion rassemble trois femmes des Premières Nations dont les expériences auprès de ces communautés aident à améliorer les réponses à la pandémie des Premières Nations en Ontario. La discussion examinera les tendances actuelles de la COVID-19 auprès des Premières Nations de la province et la façon dont ces peuples y répondent tout en soulignant l’importance de comprendre les expériences et récits des Premières Nations en ce qui concerne ce virus. Ensemble, ces expertes ouvriront un dialogue pertinent relatif aux répercussions de la COVID-19 sur les populations actuelles de Premières Nations et les sept générations à venir.

MEMBRES DU PANEL

MME JENNIFER WALKER

Chaire de recherche du Canada sur la santé autochtone de l’Université Laurentienne

dr. jennifer walker

Membre haudenosaunee des Six Nations de la rivière Grand, Mme Jennifer Walker, Ph.D., est titulaire d’un doctorat en services de santé communautaire (épidémiologie) et s’intéresse largement aux recherches communautaires auprès des autochtones en utilisant de grandes bases de données sur les services de santé. Son programme de recherche à la Laurentienne est appuyé par une Chaire de recherche du Canada sur la santé autochtone et son travail de chercheuse fondamentale à l’Institut pour les sciences évaluatives cliniques (ICES). Sa principale nomination de professeure est dans l’École de santé dans les milieux ruraux et du Nord à l’Université Laurentienne, mais elle est aussi professeure associée à l’École de santé publique Dalla Lana à l’Université de Toronto. Dans ses recherches, elle travaille auprès d’organismes et de communautés autochtones afin de mettre à profit les données sur la santé pour améliorer le bien-être des autochtones, tout en mettant l’accent sur l’appui aux aînés autochtones ayant des maladies chroniques. Beaucoup des collaborations récentes de Mme Walker examinent les priorités en matière de données sur la santé communautaire en ce qui concerne la COVID-19.


MME JOEY-LYNN WABIE

Professeure adjointe à l’École des relations autochtones de l’Université Laurentienne

dr. joey-lynn wabie

Connue premièrement sous son nom anicinabe, ziigwankwe, qui signifie « femme de début de printemps », Mme Joey-Lynn Wabie, Ph.D., est originaire de Mahingan Sagahigan dans le nord-est du Québec. Elle est professeure adjointe à l’École des relations autochtones de l’Université Laurentienne, située sur le territoire d’Atikameksheng Anishnawbek, à proximité de la Première Nation de Wahnapitae. Les plus grandes réussites de sa vie sont ses trois enfants, des dons du Créateur. Dans ses recherches, elle s’intéresse à la santé spirituelle des femmes autochtones, à la pédagogie fondée sur la terre, à l’organisation populaire et aux initiatives dirigées par les jeunes.


ROBYN ROWE

Chargée de cours à l’École des relations autochtones à l’Université Laurentienne

robyn rowe

Mme Robyn Rowe est Anishinaabekwe et membre de la Première Nation de Matachewan. Le territoire traditionnel de sa famille maternelle est appelé Friday’s Point et est situé sur le lac Temagami, dans le nord-est de l’Ontario. Associée de recherche en santé autochtone, Mme Rowe est candidate au doctorat à l’École de santé dans les milieux ruraux et du Nord et chargée de cours à l’École des relations autochtones à l’Université Laurentienne. Dans ses recherches, elle s’intéresse principalement à la souveraineté et à la gouvernance des données touchant les autochtones. Elle collabore actuellement avec des organismes de Premières Nations qui font valoir les données et la souveraineté de la recherche pendant la période de la COVID-19.


H. NEIL MONAGUE

Aîné de la Première Nation de Beausoleil

h. neil monague

Aîné de la Première Nation de Beausoleil, H. Neil Monague est sur un cheminement spirituel depuis plus de dix-huit ans, lui permettant de rassembler beaucoup d’enseignements traditionnels de ses enseignants et de ses alentours. En cadrant avec son esprit, il a eu l’occasion d’emprunter une voie pour aider les autres à renforcer le leur en pratiquant le chant, le tambour et la purification par la fumée. Après avoir été aux prises avec l’alcoolisme pendant 24 ans, il a fait beaucoup d’efforts pour s’en sortir et trouver sa voie véritable dans la vie. Il a reçu une deuxième chance de témoigner de sa reconnaissance aux esprits qui ont défini les quatre directions aux grands-mères, aux grands-pères et au créateur.


17 juin (PRÉSENTÉ EN ANGLAIS)

L’importance de la santé et du bien-être pendant une pandémie


Cette semaine, le séminaire proposera des stratégies fondées sur les recherches pour vous adapter aux défis auxquels vous faites face en travaillant à la maison pendant la COVID-19. Entre autres, nous examinerons les pratiques ergonomiques exemplaires touchant le poste de travail, l’utilisation de la table de cuisine comme bureau tout en optimisant le confort, les stratégies d’adaptation centrées sur la pleine conscience, la prévention de la fatigue et d’autres conseils pratiques. Nous discuterons aussi des façons de normaliser certains des enjeux en matière de santé mentale auxquels nous sommes confrontés au travail et sur le plan personnel pendant la pandémie.

MEMBRES DU PANEL

MME DIANA COHOLIC

Professeure titulaire à l’École de service social à l’Université Laurentienne

dr. diana coholic

Travailleuse sociale clinique dans un petit cabinet privé et professeure titulaire à l’École de service social à l’Université Laurentienne, Mme Diana Coholic, Ph.D., se concentre dans ses recherches, depuis 2005, sur les avantages des interventions de pleine conscience favorisant la résilience, axées sur les arts. Le livre Mindfulness: A Guide for Human Service Professionals figure parmi ses publications. D’autres renseignements sont affichés à dianacoholic.com.


MME SANDRA DORMAN

Professeure titulaire à la Faculté de santé et directrice du Centre de recherche sur la santé et la sécurité au travail à l’Université Laurentienne

dr. sandra dorman

Professeure titulaire à la Faculté de santé et directrice du Centre de recherche sur la santé et la sécurité au travail à l’Université Laurentienne, Mme Sandra Dorman, Ph.D., est experte en physiologie/pharmacologie et s’intéresse, dans ses recherches, à la promotion de la santé et à la prévention de la maladie en milieu professionnel. Ses travaux récents ont porté sur l’atténuation de la fatigue pour la main-d’œuvre effectuant un travail physiquement exigeant et ayant un taux élevé de blessures causées par l’épuisement.


MME ALISON GODWIN

Professeure agrégée à l’École des sciences de l’activité physique à l’Université Laurentienne

alison godwin

Professeure agrégée à l’École des sciences de l’activité physique et chercheuse au Centre de recherche sur la santé et la sécurité au travail, Mme Alison Godwin, Ph.D., examine, dans son programme de recherche, l’utilisation de la réalité virtuelle et augmentée pour rehausser les expériences de formation dans les secteurs industriels du Nord.


24 juin (PRÉSENTÉ EN ANGLAIS)

Les effets de la pandémie sur l’innovation, la recherché et les sciences de la santé Comment la COVID-19 influencera la communauté et la société dans les années à venir

PANEL MEMBERS

DRE MARY CATHERINE KERR

Interniste / Intensiviste à Horizon Santé-Nord (HSN), directrice médicale intérimaire de la simulation à HSN pendant la COVID-19, médecin principale de l’équipe d’intervention en soins intensifs de HSN et professeure adjointe à l’EMNO

dre mary catherine kerr

Dre Mary Catherine Kerr est interniste/intensiviste à Horizon Santé-Nord (HSN), directrice médicale intérimaire de la simulation à HSN pendant la COVID-19, médecin principale de l’équipe d’intervention en soins intensifs de HSN et professeure adjointe à l’EMNO. Dans ses travaux, elle s’intéresse aux simulations médicales pluridisciplinaires, à l’élaboration de ressources pédagogiques fondées sur la simulation pour les travailleurs de la santé dans les régions nord-ontariennes rurales et éloignées et à l’amélioration des procédés et de la dynamique d’équipe grâce à la formation en matière de simulation. La simulation médicale est un outil pédagogique exceptionnel qui permet à des petits groupes d’étudiants de vivre des situations médicales qui sont très fidèles à la vie réelle. La COVID-19 a éveillé la crainte de transmission de maladie par les travailleurs de la santé, obligé des pratiques de distanciation physique en enseignement et apporté le besoin de formuler et de diffuser de nouvelles pratiques sécuritaires à la lumière des connaissances en perpétuelle évolution de cette maladie. La Dre Kerr discutera de la mise au point d’un nouveau modèle d’enseignement qui est rapide et adaptable, et dissémine les nouveaux protocoles et pratiques sécuritaires dans le nord de l’Ontario tout en assurant la sécurité des patients et des travailleurs de la santé pendant la pandémie de la COVID-19.


M. AMADEO PARISSENTI

Biologiste moléculaire et professeur au Département de chimie et de biochimie à l’Université Laurentienne, professeur dans la division des sciences médicales de l’École de médecine du Nord de l’Ontario et chercheur principal à l’Institut de recherche d’Horizon Santé-Nord

m. amadeo parissenti

M. Amadeo Parissenti, Ph.D., est biologiste moléculaire et professeur au Département de chimie et de biochimie à l’Université Laurentienne, professeur dans la division des sciences médicales de l’École de médecine du Nord de l’Ontario et chercheur principal à l’Institut de recherche d’Horizon Santé-Nord. Bien qu’il vise dans ses recherches à cibler des outils qui amélioreront l’efficacité de la chimiothérapie chez les patients cancéreux, il s’intéresse aussi à l’établissement d’un système de surveillance régulière de l’incidence de la COVID-19 dans le Grand Sudbury. Il cherche à obtenir un financement, en collaboration avec la Dre Janet McElaney et M. Michael Conlon, Ph.D., d’Horizon Santé-Nord, et Mme Penny Sutcliffe, Ph.D., de Santé publique Sudbury, afin de pouvoir mettre sur pied immédiatement ce système qui inclura des enquêtes aléatoires auprès de la population locale afin de quantifier et de mettre en quarantaine les cas symptomatiques et asymptomatiques de la COVID-19 dans la ville et d’évaluer l’incidence qu’ont les saisons et la normalisation des activités commerciales sur le nombre de cas de la maladie.


M. GREG ROSS

professeur à l’École de médecine du Nord de l’Ontario; Vice-président de l’optimisation de l’enseignement et de la recherche à Horizon Santé-Nord

m. greg ross

M. Greg Ross, Ph.D., est professeur à l’École de médecine du Nord de l’Ontario depuis quinze ans et a été, de 2004 à 2014, doyen associé à la recherche. Il est actuellement vice-président de l’optimisation de l’enseignement et de la recherche à Horizon Santé-Nord, dirige toutes les activités de l’IRHSN, y compris d’ICES North, du bureau des affaires universitaires et du Centre d’innovation et d’apprentissage Labelle (y compris le laboratoire de simulation), et appuie 2 100 étudiants en médecine ou autre domaine aussi bien que la bibliothèque de HSN.


MME SUZANNE LEMIEUX

Gestionnaire principale de la recherche, de l’évaluation et de l’échange de connaissances à Santé publique Sudbury et districts et s’en enorgueillit; Professeure agrégée à l’École de service social de l’Université Laurentienne

mme suzanne lemieux

Mme Suzanne Lemieux, Ph.D., aime son travail en tant que gestionnaire principale de la recherche, de l’évaluation et de l’échange de connaissances à Santé publique Sudbury et districts et s’en enorgueillit. Professeure agrégée à l’École de service social de l’Université Laurentienne, elle s’intéresse vivement, dans ses recherches appliquées sur la santé publique, aux domaines d’équité en matière de santé, d’utilisation d’opioïdes et de drogues injectables, à la mobilisation des autochtones, à la pauvreté et au sans-abrisme et, plus récemment, à l’incidence de la COVID-19. Titulaire d’une maîtrise de recherche appliquée en sociologie et d’un doctorat en sciences humaines, elle fait preuve de résolution et d’enthousiasme tout en préconisant les partenariats pour favoriser la recherche en action.


M. SHASHI K. SHAHI

Professeur adjoint, Gestion de la chaîne d'approvisionnement et des opérations de l’Université Laurentienne

* AUCUNE IMAGE DISPONIBLE *

M. Shashi Shahi, Ph.D., s’intéresse, dans ses recherches, à la gestion de la chaîne logistique et des questions touchant la gestion des activités de l’industrie canadienne en mettant un accent particulier, à l’aide de modèles d’optimisation fondés sur la simulation, sur les incertitudes relatives à la demande et à l’approvisionnement. Il a mis au point des modèles de simulation qui satisfont aux besoins précis des gestionnaires en soins de santé et rendent compte des différences entre les temps d’attente des patients dans différents scénarios. Les modèles ont simulé le cheminement de patients afin d’évaluer le rendement du système pour permettre de cerner la relation de cause à effet sur les temps d’attente des patients selon les diverses unités de soins en cancérologie. Pour des situations de concurrence parmi de nombreux fabricants de médicaments dans un seul marché thérapeutique, il a conçu des modèles reposant sur la théorie des jeux pour optimiser la prise de décisions des fabricants et des compagnies d’assurance selon des modalités de partage de risques. Ses recherches actuelles portent également sur l’intégration de modèles quantitatifs et qualitatifs durables de gestion de la chaîne d’approvisionnement fondés sur des réseaux de neurones artificiels pour assurer la meilleure modélisation du rendement de l’industrie des soins de santé.

Demeurer à l'écoute

Recevez des nouvelles de Science Nord, des expositions, des événements et plus encore.